dimanche, janvier 25, 2009

Ils en ont fait un film : Le jour le plus long. Mais on ne vous a pas encore tout raconté sur ce fameux WE en Haute-Tarentaise.
Après l'inévitable nuit de la chaussette dans le car couchette aller et le drop sur un parking à Sainte-Foy en Tarentaise, nous voici attablés pour un petit déjeuner qui me ferait presque oublier la grasse matinée avortée avant l'aube.

On commence par un petit bout de stop (merci Pascal le chauffeur de la navette de la vallée !) jusqu'à un bled appelé La Masure, c'est vous dire la métropole ! Vient ensuite un joli faux-plat de 9 km dans un coin où il n'a pas dû faire très chaud ces derniers jours si j'en crois la gueule des robinets.
On se lavera un autre jour. Passage par le refuge du Ruitor, où nous laissons assez de bouffe pour nourrir l'armée d'Alexandre (éléphants compris) avant de repartir à l'assaut de la montagne qui a pris le nom de notre refuge.On savait dès le début qu'on avait peu de chance d'y arriver avant la nuit, Sam donnant d'ailleurs rapidement des signes de délires de mauvais aloi.
Effectivement, ce fut un but en terme de sommet, mais une splendide boucle par le col des Vedettes. Guillaume topo-guide tout cela très bien sur skitour : http://www.camptocamp.org/routes/151702/fr/noeud-des-vedettes-col-des-vedettes-tour-de-la-pointe-de-l-invernet-sens-horaire
On n'a pas atteint le sommet, mais on profite d'un coucher de soleil tout à fait incroyable, signe que demain il ne fera pas beau.
Un Fabien s'est caché dans cette photo, saurez-vous le retrouver ? Et c'est pas fini
L'apothéose.
Dimanche : pour se remettre des 2100m de dénivellé de la veille, au programme de la journée, l'abominable ascension du couloir Nord-Ouest du très fameux bec de l'Ane que voici en photo lors de la marche d'approche, avec l'itinéraire. Dès qu'on s'est approché un peu du monstre, on s'est retrouvé avec un temps à te coller une pneumonie à un ours polaire.
Le moment que l'on préfère : le dépeautage des peaux de phoque en pleine tempete.

Sylvain pas plus impressioné que ça.
Et la gueule des vainqueurs de retour au refuge.
Guillaume :
Sylvain,
Fabien,
Laura,
Sam,
Et mes lunettes de soleil qui me donnent cet air mystérieux qui a rendu Brando jaloux tant de fois.

Retour : car couchette parfum chaussette avariée, puis dépose à Denfert sous la pluie légèrement avant 5h du matin pour que Sam puisse se doucher avant d'aller prendre son avion pour Bologne. On attendra donc sous un arrêt de bus l'ouverture du métro. Clochard, ça doit pas être rigolo tous les jours, et surtout pas les petits matins d'hivers.

1 commentaire:

Guillaume a dit…

Superbe ! Bravo pour ce récit en images.
Et à bientôt pour de nouvelles aventures...

Guillaume